Etude des troupes italiennes par corps : Histoire, tenues… 1805-1814.

Mise à jour du 11 mars 2022

L'état-major du Royaume d'Italie


Sous cette appellation sont regroupés le Ministère de la Guerre, l’Etat-major général (généraux, adjudants commandants, aides de camp, officiers d’état-major), les divisions et les camps militaires, l’état-major des places, l’Inspection aux revues et le Commissariat des guerres.

Voir le détail de l'Etat-major

La Garde royale


La Garde royale instaurée par Napoléon, Roi d’Italie, dès juin 1805 comprend un Corps de Gardes d’honneur (4 compagnies), un Corps de Vélites royaux (3 bataillons) et un Corps de la Garde de ligne (1 régiment d’infanterie, 1 régiment de dragons et 1 compagnie d’artillerie à cheval).
La Garde s’étoffe en 1806 d’une 5 compagnie de Gardes d’honneur et d’une compagnie du train d’artillerie, puis en 1808 d’une subdivision de gendarmerie d’élite et d’un détachement de marins.
En 1810, l’infanterie se complète d’un régiment de conscrits et en 1811 l’artillerie se renforce avec une compagnie d’artillerie à pied et une seconde compagnie du train.
Après la campagne de Russie, la Garde sera maintenue dans cette structure mais avec des effectifs plus réduits. En 1814, les Autrichiens font disparaître la Garde en l’intégrant en partie dans les formations austro-italiennes.

Voir le détail de la Garde royale

L'infanterie de ligne


Au moment de la création du Royaume d’Italie en mars 1805, l’infanterie de ligne compte 5 régiments hérités des 5 demi-brigades de la République italienne.
En 1806, un 6ème régiment est mis sur place par intégration du Régiment auxiliaire (ex Légion italienne).
En 1807, un 7ème régiment est mis sur pied avec des troupes pontificales. En novembre 1810, l’infanterie de ligne organise pour chaque régiment une compagnie d’artillerie et de train régimentaire.
Même si un projet d’un 8ème régiment est évoqué ensuite, l’Italie ne compte que 7 régiments de ligne jusqu’à la chute du Royaume en avril 1814.

Voir le détail de l'infanterie de ligne

L'infanterie légère


Au moment de la création du Royaume d’Italie en mars 1805, l’infanterie légère (on rencontre parfois le terme de « chasseurs ») compte 2 régiments hérités des 2 demi-brigades de la République italienne.
En octobre 1805, une nouvelle formation légère voit le jour avec le Bataillon des Chasseurs de Brescia. Après une longue période (1806) de projets autour de la formation d’un 3ème léger, c’est en fait le Régiment des Chasseurs de Brescia qui va assumer le titre de 3ème léger. En novembre 1810, la légère se dote également de compagnies d’artillerie et de train régimentaire. Un 4ème régiment léger est levé en 1811 avec les conscrits réfractaires. Enfin, à l’été 1813, la dernière formation légère du Royaume d’Italie voit le jour avec le Bataillon des tirailleurs de Brescia.

Voir le détail de l'infanterie légère

Formations diverses d'infanterie


Nous avons regroupé dans cette partie le Bataillon royal d’Istrie (1806-1809), les formations dalmates (1806-1814) [1er bataillon dalmate, 2ème bataillon dalmate de la Marine, Légion dalmates et Régiment royal  dalmate ], le Corps colonial italien (1810-1814) et les Corps de volontaires (1813-1814).

Voir le détail de ces formations

La cavalerie


En 1805, le Royaume d’Italie compte deux régiments de dragons (Napoleone et Regina) et un régiment de chasseurs à cheval (Real Italiano).
En 1808, est mis sur pied un 2ème régiment de chasseurs (Principe reale).
En 1810, le 3ème chasseurs voit le jour et les deux précédents portent désormais les N° 1 et N° 2.
Enfin, en 1812, un 4ème régiment de chasseurs complète la cavalerie italienne qui restera jusqu’à la chute du Royaume sur le pied de 6 régiments (2 dragons et 4 chasseurs).

Voir le détail de la cavalerie

Le corps de l'artillerie

Cliquez ici

Le corps du Génie


Le terme de « Corps du Génie » reprend ce que l’on trouve sous cette appellation dans les documents officiels et notamment les Almanachs royaux. Sont donc regroupés dans le corps du Génie royal, les Directions du Génie, les Officiers du Génie, les comptables des fortifications (Ragionieri di fortificazione), les Gardes du Génie organisés en plusieurs classes, les compagnies adjointes (mineurs, sapeurs et ouvriers) qui vont s’organiser dans le Bataillon des sapeurs, le train du Génie (escouade puis compagnie) … et le corps topographiques ou ingénieurs géographes. L’Ecole de Modène qui sert à la formation des officiers du Génie et de l’artillerie sera traitée dans la partie consacrée aux écoles militaires du Royaume d’Italie.

Voir le détail du Corps du Génie

Les auxiliaires polonais (1805-1806)

Cliquez ici

Les services de l'Armée


Cette partie regroupe les transports militaires, le corps de santé(dont les infirmiers), les douanes, la poste militaire, les établissements d’instruction militaire, les « Anciens » militaires …

Cliquez ici

Départements / les forces départementales


Je traite dans cette partie une présentation des départements du Royaume d’Italie au travers de cartes et de fiches historiques.

Puis cette partie présente la Gendarmerie royale, les formations de Garde nationale, la Garde de la cité de Venise, la Garde de la cité de Milan, les pompiers de Milan, les compagnies de Réserve départementale et les Gardes d’honneur locales.

Voir le détail des forces départementales

La Marine royale

Cette partie regroupe

Cliquez ici