Textes et documents de l’année 1797

Mise à jour du 30 mars 2022






16/01/1797 : situation de la Légion lombarde au 27 nivôse an V
« Artillerie : total 60 hommes soit dans le détail 1 capitaine, 2 lieutenants, 2 sous-lieutenants, 1 sergent-major, 1 sergent, 2 caporaux, 1 tambour et 50 canonniers.
Cavalerie : total 24 hommes soit dans le détail 1 chef d’escadron, 1 capitaine, 1 lieutenant, 1 maréchal des logis chef, 1 maréchal des logis, 1 brigadier fourrier, 2 brigadiers, 1 maréchal-ferrant et 15 chasseurs.
Infanterie : 1er bataillon de 349 hommes, 2ème bataillon de 302 hommes, 3ème bataillon de 266 hommes … et 6ème bataillon de 278 hommes. »
Source : Archivio di Stato di Milano – Ministero della Guerra – Dossier N°392






19/02/1797 Composition de la Légion cispadane
« 1 chef de légion : chef de brigade Angelo SCARABELLI PEDOCA

5 cohortes commandées chacune par un chef de bataillon :  1ère cohorte Achille FONTANELLI, 2ème cohorte Ippolito GUIDETTI, 3ème cohorte Agostino PIELLA, 4ème cohorte Nicola CAPPI et 5ème cohorte SPINOLA. Chaque cohorte se compose comme celle de la Légion lombarde.

1 compagnie de chasseurs à cheval commandée par LEI.

1 batterie de 4 pièces d’artillerie commandée par le capitaine Marco RASPI.

Par la suite s’est réunie en février 1797 à la Légion cispadane, la cohorte de l’Emilie forte de 600 hommes en tant que 6ème cohorte commandée par Filippo SEVEROLI. »
Source : barone Alessandro ZANOLI – Sulla milizia cisalpina italiana Cenni storico-statistici dal 1796 al 1814 – Milano: Borroni e Scotti, 1845.






25/02/1797 : lettre au citoyen La Hoz du 7 ventôse an V
« La Légion Lombarde formera deux demi-légions de 3 bataillons, 2 compagnies d’artillerie et un escadron de hussards ou de chasseurs à cheval.
Elle sera commandée par une chef de légion du grade de général de brigade avec un adjudant-général, un aide de camp pour le général de brigade et 2 adjoints pour l’adjudant-général. Il y aura aussi : 1 chef de bataillon commandant l’artillerie, 1 capitaine d’artillerie pour le matériel de cette arme, 2 gardes magasin, 2 conducteurs de chariot et 1 capitaine de cavalerie.

La 1ère Demi-légion comptera : 1 chef de brigade, 1 major, 2 adjudants sous-officiers, 1 chef de bataillon commandant les grenadiers ou pouvant remplacer les autres chefs de bataillon.
Le bataillon comprendra : 1 chef de bataillon, 1 adjudant-major et 2 adjudants sous-officiers.
Indépendamment des grenadiers, il y aura dans chaque compagnie, 10 hommes avec la solde de grenade et si besoin on pourra les regrouper en une compagnie car il y aura à la suite de chaque bataillon 1 capitaine, 1 lieutenant et 1 sous-lieutenant pour cette compagnie d’éclaireurs.

La 2ème Demi-légion aura la même composition. Et chaque bataillon aura un caisson pour les cartouches.

La division d’artillerie comptera 4 pièces de canons.

Les officiers :
– général de brigade commandant la Légion : LA HOZ
– adjudants généraux : TEULIE et JULHIEN
– aide de camp du général : 1 capitaine de cavalerie
– 4 adjoints

1ère demi-légion : chef de brigade PEYRI avec 1 major, 2 adjudants sous-officiers et 3 chefs de bataillon.
2ème demi-légion : chef de brigade PINO avec 1 major et 3 chefs de bataillon
Artillerie : chef de bataillon LALANCE
– Cavalerie : capitaine ARNAL. »
Source : Archivio di Stato di Milano – Ministero della Guerra – Dossier N°392






Mars 1797 : Composition des troupes de Bergame formées en mars 1797 après la séparation de la République de Venise
« 1 cohorte d’infanterie de 800 hommes avec comme officiers Paolo SAN’ANDREA et Francesco SCOTTI. Ces troupes prendront ensuite le nom de CISALPINES. »

Mars 1797 : Composition des troupes de Crema formées en mars 1797 après la séparation de la République de Venise
« 3 compagnies d’infanterie et 1 compagnie de hussards avec comme officiers VAILATI et Livio BALIMBERTI et un total de 300 hommes et 60 chevaux. Ces troupes prendront ensuite le nom de CISALPINES. »
Source : barone Alessandro ZANOLI – Sulla milizia cisalpina italiana Cenni storico-statistici dal 1796 al 1814 – Milano: Borroni e Scotti, 1845.






18/03/1797 : troupes à Brescia – Légion bresciane puis 6ème légion cisalpine
« Brescia forme le 28 ventôse an 5 (18/03/1797) une légion d’infanterie, la Légion bresciane qui devient par la suite la 6ème légion cisalpine.
– Le 30 nivôse an 7 (19/01/1799) la 6ème Légion forme avec la 8ème Légion cisalpine la 3ème Demi-brigade de ligne commandé par MILLOSSEVITZ chef de la 8ème légion.

– Le 2 germinal an 7 (22/03/1799) le Bataillon des chasseurs de Brescia, la 4ème et 5ème légions (Demi-brigades) forment la 1ère Demi-brigade légère.»

Source : Archivio di Stato di Milano – Ministero della Guerra – Dossier N°51






Avril 1797 : 
« 1 Etat-major : 1 général de brigade Giuseppe LECHI, 2 adjudants généraux Giuseppe FANTUZZI et Francesco GAMBARA et 2 chefs de légion Eugène ORSATELI et Luigi MAZZUCHELLI

3 cohortes d’infanterie commandées chacune par un chef de bataillon : 1ère cohorte Francesco CAPRIOLI, – 2ème cohorte Giovanni TONDUTI, 3ème cohorte Pietro FORESTI

1 cohorte légère commandée par Girard CLAUDIUS.

– 1 régiment de hussards : – 1 chef de brigade Giovanni CAPRIOLI et 2 chefs d’escadron Angelo LECHI et Pietro ARICI

– 1 bataillon d’artillerie
de 6 pièces d’artillerie commandée par Giovanni MAZZUCHELLI. »
Source : barone Alessandro ZANOLI – Sulla milizia cisalpina italiana Cenni storico-statistici dal 1796 al 1814 – Milano: Borroni e Scotti, 1845.






16/05/1797 : Composition corps formés à Venise et dans les provinces à la droite du Mincio suite à la chute de la République de Venise.
« Les troupes sont levées à Venise et dans les Provinces de Terres Fermes entre l’Isonzo et le Mincio. Elles totalisent 2 000 hommes et 200 chevaux répartis en 7 cohortes d’infanterie et 2 compagnies de cavalerie.

– 6 cohortes
: Venise (1 et 2), Trévise, Padoue, Vincenza et Vérone. Elles sont commandées par : Andrea MILLOSSEWITCH, Francesco VERLATO et Pietro VIANI.

– 1 escadron de hussards : Luigi CAMPAGNOLA et Antonio DE GASPARI. »
Source : barone Alessandro ZANOLI – Sulla milizia cisalpina italiana Cenni storico-statistici dal 1796 al 1814 – Milano: Borroni e Scotti, 1845.






08/07/1797 : les 11 départements de la République cisalpine
« Titre I Division du territoire
– Article 4 : la République sera divisée en 11 départements. Ils sont les suivants :

01. Dell’Adda – Chef-lieu Lodi alternativement avec Crema tous les deux ans.
02. Delle Alpi Apuane – Chef-lieu Massa.
03. Del Crostolo – Chef-lieu Reggio.
04. Del Lario – Chef-lieu Como.
05. Della Montagna – Chef-lieu Lecco.
06. Dell’Olona – Chef-lieu Milano.
07. Del Panaro – Chef-lieu Modena.
08. Del Po – Chef-lieu Cremona.
09. Del Serio – Chef-lieu Bergamo.
10. Del Ticino – Chef-lieu Pavia.
11. Del Verbano – Chef-lieu Varese.

– Article 5 : chaque département est divisé en districts, chaque district en communes. Les communes conservent leur actuelle circonscription. Le corps législatif pourra néanmoins la changer. »

voir carte de la cisalpine avec ses 11 départements
Source : Constitution de la République Cisalpine du 20 messidor an V de la République française






17/10/1797 : Traité de Paix conclu à Campo-Formio, le 26 vendémiaire an V, entre le général Bonaparte au nom de la France, et les plénipotentiaires autrichiens, M. de Gallo, le comte Louis
de Cobentzel, le comte de Meerweldt, et le baron de Degelmann, pour consolider la paix dont les bases ont été posées par le traité de Léoben, le 18 avril 1797, etc…

« …
Article V : S. M. L’empereur, roi de Hongrie et de Bohême, consent à ce que la République française possède en toute souveraineté les iles ci-devant vénitiennes du Levant : Corfou, Zante, Céphalonie, Sainte-Maure, Cerigo, et autres îles en dépendantes, ainsi que Butrinto, Larta, Vonizza, et en général tous les établissements ci-devant vénitiens, en Albanie, qui sont situés plus bas que le golfe de Lodrino.

Article VI : la République française consent à ce que S. M. l’empereur et roi, possède en toute souveraineté et propriétés les pays ci-dessous désignés, savoir : l’Istrie, la Dalmatie, les îles ci-devant vénitiennes de l’Adriatique, les bouches du Cattaro, la ville de Venise, les lagunes et les pays compris entre les états héréditaires de S.M. l’Empereur et roi, la mer Adriatique, et une ligne qui partira du Tyrol, suivra le torrent en avant de la Cardola, traversera le lac de Garde jusqu’à la Cise; de là une ligne militaire jusqu’à San-Giacomo, offrant un avantage égal aux deux parties, laquelle sera désignée par des officiers du génie nommés de part et d’autre avant l’échange des ratifications du présent traité. La ligne de limite passera ensuite entre l’Adige à San-Giacomo, suivra la rive gauche de cette rivière jusqu’à l’embouchure du Canal blanc, y compris la partie de Porto-Legnago qui se trouve sur la rive droite de l’Adige, avec l’arrondissement d’un rayon de trois mille toises. La ligne se continuera par la rive gauche du Canal blanc, la rive gauche du Tartaro, la rive gauche ducanal dit la Polisella, jusqu’à son embouchure dans le Pô, et la rive gauche du grand Pô jusqu’à la mer.

Article VIII : S. M. l’Empereur, roi de Hongrie et de Bohême, reconnaît la République cisalpine comme puissance indépendante. Cette république comprend la ci-devant Lombardie autrichienne, la Bergamasque, le Bressan, le Cremasque, la ville et forteresse de Mantoue, le Mantuan, Peschiera, la partie des états ci-devant vénitiens, à l’ouest et au sud de la ligne désignée dans l’article VI, pour la frontière des états de S.M. l’empereur, en Italie; le Modénois, la principauté de Massa et Carrara et les trois légations de Bologne, Ferrare et la Romagne.

Article XVIII : S. M. L’Empereur, roi de Hongrie et de Bohême, s’oblige à céder au duc de Modène, en indemnité des pays que ce prince et ses héritiers avaient en Italie, le Brisgau, qu’il possédera aux mêmes conditions que celles en vertu desquelles il possédait le Modénois.
 »

Source : Recueil manuel et pratique de traités, conventions et autres actes diplomatiques sur lesquels sont établis les relations et les rapports existants aujourd’hui entre les divers états souverains du globe, depuis l’année 1760 jusqu’à l’époque actuelle… Baron Charles de MARTENS et Baron Ferdinand de CUSSY – Tome second, Leipzig, F.A. Brockhaus, 1846
(Note JP Perconte : se trouve sur Internet)






27/09/1797 : levée des 13 compagnies de hussards de réquisition
« – 1ère compagnie de Milan avec le capitaine Francesco ARESE LUCINI
– 2ème compagnie de Lodi avec le capitaine SOMMARIVA
– 3ème compagnie de Bergame avec le capitaine SPINI
– 4ème compagnie de Cremone avec le capitaine SANTINI
– 5ème compagnie de Pavie avec le capitaine BELLISOMI
– 6ème compagnie de Côme avec le capitaine FRANCHI
– 7ème compagnie de Modène (1) avec le capitaine BONASI
– 8ème compagnie de Reggio avec le capitaine CAPILUPI
– 9ème compagnie de Ferrare avec le capitaine MAFFEI
– 10ème compagnie de Brescia avec le capitaine Giovanni CALINI
– 11ème compagnie de Crema avec le capitaine Francesco MARTINI
– 12ème compagnie de Mantoue avec le capitaine BIANCHI
– 13ème compagnie de Bologne avec le capitaine Cesare BIANCHETTI

(1) chaque compagnie a un étendard porté par un hussard de la compagnie, pour Modène c’est Alessandro ZANOLI.

Au départ de Bonaparte, le corps est dissout mais des volontaires continuent le service au sein d’une Compagnie de Guides commandée par JAQUET et Carlo GERARDI (de Lonato), chaque Guide a le grade de sous-lieutenant. »
Source : barone Alessandro ZANOLI – Sulla milizia cisalpina italiana Cenni storico-statistici dal 1796 al 1814 – Milano: Borroni e Scotti, 1845






14/11/1797 : Loi du 24 brumaire an VI sur les directions et établissements d’artillerie de la République cisalpine
« Constitution de 3 directions d’artillerie avec pour chacune d’entre elle un Directeur et un Sous-Directeur.
– 1ère Direction : départements Rubicone, Basso Po, Lamone, Alta Padusa, Reno et Alpi Apuana. Directeur à Ferrare et Sous-Directeur à Rimini.
– 2ème Direction : départements Mincio, Panaro, Crostolo, Benaco et Mella. Directeur à Mantoue et Sous-Directeur à Brescia puis Rocca d’Anfo.
– 3ème Direction : départements Serio, Lario, Verbano, Montagna, Olona, Adda, Ticino, Alto Po et Adda ed Oglio. Directeur à Milan et Sous-Directeur à Pizzighetone.

– 1 seul arsenal de construction.
– 1 seule fonderie à Crema.
– 1 manufacture nationale d’armes à Brescia.
– 6 moulins à poudre.

– 1 Ecole Militaire d’Artillerie et du Génie à Modène.
– 1 polygone d’artillerie à Crema.

(voir carte pour les localisations)… »
Source : 






09/12/1797 : Acte législatif pour la Garde du Corps législatif du 19 frimaire an VI
« Il est prévu la formation d’un corps de 300 grenadiers mais le Corps législatif ne pouvant être privé de sa Garde, la Garde nationale sédentaire continuera son service provisoires auprès des deux conseils… »
Source : Leggi della Repubblica italiana Musée du Risorgimento Tome 1 

 

 

 

 

 

Mise à jour du 30 mars 2022